Spread the love

“Les individus s’isoleront en “parties” sur le thème d’un autre immense canal, ou la dispersion des jardins désertiques au Sahara (une telle enquête existera aussi), sur la ligne directrice du climat et de l’environnement, sur un autre théâtre, sur théories de la substance, plus de deux propensions opposées dans la musique, et sur un meilleur arrangement de sports.”

– Léon Trotsky, Littérature et Révolution

Vers le début du 20e siècle, le sport n’avait pas prospéré en Russie de la même manière que dans des pays comme la Grande-Bretagne. La plupart de la population russe était composée d’ouvriers, consacrant des heures chaque jour à un travail rural écrasant. Le temps de récréation était difficile à obtenir et, étonnamment, les individus étaient souvent épuisés par leur travail. De toute évidence, les individus jouaient en tout cas, participant à des jeux conventionnels tels que le lapta (comme le baseball) et le gorodki (un match de bowling). Une pincée de clubs sportifs existait dans les grandes zones urbaines, mais ils sont restés la sauvegarde des citoyens les plus extravagants. Le hockey sur glace commençait à prendre de l’ampleur, et les classes supérieures de la société étaient friandes de l’escrime et du canotage, utilisant du matériel coûteux que la grande majorité n’aurait jamais pu supporter.

En 1917, la révolution russe a fait le tour du monde, motivant un grand nombre d’individus avec sa vision d’un grand public basée sur le courage et la satisfaction des besoins humains. Dans le processus, il a libéré une explosion d’inventivité dans la fabrication, la musique, les vers et l’écriture. Il a contacté chaque aspect de la vie des individus, y compris les jeux auxquels ils ont joué. Le jeu, malgré tout, était loin d’être un besoin. Les bolcheviks, qui avaient conduit l’insurrection, étaient confrontés à un conflit commun, attaquant des forces armées, une famine illimitée et une peste typhique. L’endurance, pas la relaxation, était la chose dont il fallait s’occuper. Néanmoins, au début des années 1920, avant que les fantasmes de l’insurrection ne soient écrasés par Staline, la discussion sur le « meilleur arrangement de sports » que Trotsky avait prévu a effectivement eu lieu. Deux des rassemblements pour traiter le sujet de la « culture réelle » étaient les hygiénistes et les proletkultistes.